Team building team bonding,Développement de groupe,pourquoi faire un séminaire insolite

Développement de groupe : ce qu’il faut savoir

Pouvoir intervenir, corriger ou améliorer des démarches d’administration d’équipe à chaque occasion est assurément un atout, encore faut-il identifier les phases ou les étapes de développement du groupe. Notamment, sachant qu’aucune démarche de cohésion n’est parfaite,

La compréhension de l’évolution, des changements et de la continuité au sein d’un groupe constitue un début pour la maîtrise de sa gestion.

Location de Robot


L’animation parfaite pour attirer du monde sur votre stand

Développement de groupe : comment le groupe se développe-t-il ?

Le développement de groupe constitue un vaste domaine d’étude des sociologues de tous les horizons. Il a notamment fait l’objet de diverses théories aboutissant à un parterre de modèles. L’approche la plus connue et sans doute la plus prise en compte est sans doute celle du psychologue Bruce Tuckman, connu pour ses recherches dans les dynamiques de groupe, et qui a alors avancé un développement de groupe en 4 étapes (Forming, Storming, Norming, Performing) auxquelles il va ajouter une cinquième étape (Adjourning) au fur et à mesure de ses études.

Développement de groupe : le forming ou la mise en place du groupe

Dans cette phase, les éléments du groupe se testent réciproquement, sachant qu’ils se connaissent vaguement. Chacun essaie de refléter une image de soi aux autres. Par ailleurs, dans ce climat d’hésitation et de doutes réciproques, il existe une forte dépendance des membres vis-à-vis de l’orientation du leader. Tous les indicateurs marquant le début d’une bonne entente sont au rouge : objectifs flous, confusion, absence d’engagement, sentiments dissimulés…

 Storming ou confrontation des membres

Cette phase est marquée par de la tension, induite entre autres par une compétition d’idées, voire une démarche de lutte de chacun pour son statut au sein de l’ensemble. Le storming est aussi la phase où les membres du groupe ou de l’équipe œuvrent pour trouver un socle de références partagées et des règles de travail communes.

Norming ou stabilisation

Des règles de travail sont mises en place plus ou moins explicitement, sachant que les éléments du groupe commencent à prendre conscience de leur appartenance à une équipe. Un climat de confiance réciproque s’installe. Le leader est aussi mieux écouté et suivi. Les uns sont plus à l’aise avec les autres et les divergences sont vite résolues. Les responsabilités sont plus claires et leur partage se fait plus aisément. Le groupe se penche avec implication dans la recherche de compromis sur le style et les procédés de travail.

Performing ou mise en œuvre

Les objectifs étant connus, de même que le rôle de chacun, les membres du groupe affichent une interdépendance et une volonté certaine de fonctionner en équipe. L’entité formée ne dépend plus du leader et peut agir sans interférence de celui-ci. Elle peut s’atteler toute seule à la résolution de ses problèmes internes, que ce soit au niveau relationnel ou au niveau des activités. Cela n’empêche chaque membre de rechercher une assistance de la part du leader.

 Adjourning ou dissolution…

Cette phase finale dans le développement consiste en la rupture du groupe. À la différence des phases précédentes où il était question de management et de développement d’équipe en même temps que du bien-être des membres du groupe, la phase de « l’adjourning » touche davantage ceux-ci.

Quelle importance des théories sur le développement de groupe ?

Le modèle de développement de groupe de Tuckman ne fait évidemment pas l’unanimité chez les chercheurs dans ce domaine. D’autres experts en psychologie sociale proposent dans la nomenclature des théories d’autres systèmes d’évolution de groupe organisés en étapes indispensables, ou en des phases dont certaines ne sont pas inévitables. L’on retrouve ainsi celui de Tubbs ou encore celui de Wheelan qui se rapprochent plus ou moins de celui de Tuckman, sans l’étape « d’adjourning ». Il y aussi celui de MacGrath’s qui avance une évolution à quatre modes (choix d’objectifs, choix des moyens, choix des méthodes, et exécution ou atteinte des objectifs), ainsi de suite.

La connaissance d’une ou plusieurs de ces diverses conceptions autour du développement de groupe permet d’avoir une vision plus élargie des possibilités en matière de management d’équipe. Cela permet entre autres d’avoir une compréhension plus approfondie du mécanisme des changements apparaissant au sein de l’équipe. Mais quand bien même ces théories sont importantes pour déterminer les évolutions des groupes, des interrogations et des points de vigilance demeurent : les équipes évoluent ou changent-elles de la même manière ? La durée des étapes ou phases de changement est-elle invariable ? Il est aussi fort probable que des événements ou faits extérieurs sont susceptibles d’influencer les schémas de développement du groupe.

A lire également

agence événementiel bordeaux,meilleure agence événementiel Paris,entreprise evenementiel paris,agence animation paris, gérer une équipe en événementiel

La meilleure agence d’événementiel de Paris est-elle accessible à tous ?

Contents1.Développement de groupe : comment le groupe se développe-t-il ?1.1.Développement de groupe : le forming …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via