Accueil / Guides professionnels / Réussir un événement / Public handicapé : Sarah Galbraith Laucks livre son avis d’expert
Public handicapé
Trophees HandiFriends - Stade de France - Hanploi -Photo Arnaud de Beaucourt

Public handicapé : Sarah Galbraith Laucks livre son avis d’expert

Voici la traduction d’une interview réalisée par le site Meetings Net de la spécialiste des événements dédiées aux personnes en situation de handicap, Sarah Galbraith Laucks. Cette dernière, forte d’une expérience de 25 ans dans le domaine de l’organisation d’événements spécialisés et de programmes éducatifs, est aujourd’hui consultante et directrice chez SarahGalbraithLaucks.com.

Que recherchez-vous lorsque vous choisissez un lieu pour un événement ?

GL : les moyens d’accès au site doivent être existants. Vous ne pouvez pas les ajouter plus tard. D’emblée, un lieu qui présente beaucoup d’escaliers doit vous mettre la puce à l’oreille et vous faire réfléchir. Il y a des gens qui ne sont pas forcément en fauteuil roulant, mais qui ont des problèmes de mobilité. C’est le cas des personnes diabétiques qui ont subi une amputation, des personnes obèses ou tout simplement, de quelqu’un que se serait foulé la cheville.

Il ne faut pas compter sur l’existence de l’American with Disabilities Act (loi américaine qui interdit toute discrimination envers les personnes en situation de handicap) pour penser trouver des lieux parfaitement aménagés pour les handicapés. Des efforts sont faits, mais beaucoup d’erreurs grossières sont commises dans l’aménagement de ces lieux. Dans hôtel bien connu qui reçoit des congrès, les toilettes étaient accessibles, mais elles se trouvaient très éloignés de l’ascenseur. Du coup, nous avons dû demander l’ouverture d’une chambre près de la salle de réunion pour utiliser des toilettes plus proches. Lorsque les lieux d’accueil d’événements modernisent leurs infrastructures, ils omettent des détails pourtant évidents. Le mieux, c’est d’effectuer une visite guidée du lieu avec une personne locale handicapée. Il suffit de chercher sur le web Centre de vie autonome (« Independent Living Center » aux USA) pour trouver un organisme local et obtenir des conseils sur les moyens de transports et les lieux relatifs à votre événement.

Par ailleurs, John Morris, de WheelchairTravel.org, est un blogueur à suivre. N’hésitez pas non plus à passer en revue les commentaires postés sur Trip Advisor relatifs à ce questions d’accessibilité. La communauté de personnes en situation de handicap est active et parle beaucoup des lacunes qu’elle note.

Public handicapé

Quelles sont les lacunes que vous notez lors d’événements ?

GL : Si vous incluez la traduction simultanée à votre événement, n’oubliez pas de faire participer un interprète en langue des signes. La communauté des sourds et malentendants est distincte et bien que ses membres soient capables d’échanger avec le public en général, ils trouvent dans le langage des signes des nuances qui se perdent dans d’autres langues. Pour ma part, je consacre une grande partie de mon budget à la mise en place de la transcription écrite en temps réel (Communications Access Realtime Translation) car elle aide les malentendants, les personnes bilingues qui ne comprennent pas tout ce que dit l’orateur, voire les anglophones qui pourraient ne pas comprendre les accents forts. Nous plaçons un grand écran derrière le locuteur et faisons appel à des sténographes judiciaires dotés d’une formation supplémentaire qui tapent en temps réel les commentaires du locuteur. Ils facturent en général 100 USD de l’heure, ce qui m’oblige à ne les engager que pour des cessions générales et non pour des ateliers.

Quel serait votre meilleur conseil pour organiser un événement ?

GL : Apprenez à connaître vos participants ! J’ai remarqué que beaucoup de participants avaient du mal à lire les brochures imprimées sur du papier glacé car ils portaient des lunettes à double foyer, qui ne sont pas idéales avec un support réfléchissant. Je n’utilise désormais plus que du papier mat. Autre conseil : concevez votre emploi du temps de manière à ce que les participants ne soient pas obligés de courir d’un endroit à l’autre. Cela n’est pas rien : il faut arrêter avec les programmes surchargés, et je ne pense pas seulement aux baby-boomers victimes de problèmes de genoux ou de hanche, car tout le monde, à un moment donné, peut être sujet à un problème de mobilité. Ayez également une politique d’inclusion et de diversité pour le choix de vos intervenants et des sujets. Damon Brooks Associates est une source d’idées intéressante pour trouver des orateurs en situation de handicap. J’ai contracté les services de Josh Blue, un comédien souffrant de paralysie cérébrale, et ses interactions avec le sous-titreur et avec l’interprète en langue des signes a constitué une partie du show. Le public a adoré !

Quelles autres tendances les organisateurs d’événements devraient-ils prendre en compte ?

GL : le thème de la restauration est de plus en plus important. Les allergies aux arachides sont prises au sérieux, mais les maladies cœliaques et autres problèmes alimentaires doivent être traités de la même manière. Je propose de fonctionner avec un système de double ticket de couleur : le participant, au moment de son inscription, reçois un lot de tickets de différentes couleurs et les donne physiquement au serveur qui lui apporte le repas correspondant. Cela réduit le risque d’erreur et évite aux gens de sauter des repas faute de propositions leur convenant.

Sources & crédits Source : https://www.meetingsnet.com/event-design-ideas/ask-welcoming-expert-sarah-galbraith-laucks - Crédit : MeetingsNet

A lire également

Jeux paralympiques de Tokyo 2020

Jeux Paralympiques : Yoola revendeur officiel des billets pour Tokyo 2020

Contents1.Que recherchez-vous lorsque vous choisissez un lieu pour un événement ?2.Quelles sont les lacunes que vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *