in ,

Les flexi-jobs seront acceptables dans plusieurs secteurs : qu’en pensent les professionnels ?

Flexi-job

L’extension des flexi-jobs a été annoncée mardi dans le plan de sobriété énergétique du gouvernement. Effectivement, ce type de travail concerne désormais les secteurs du sport, de la culture et de l’événementiel. Avant, ils étaient uniquement réservés au secteur des soins de beauté, à l’Horeca et à celui de la coiffure. Toutefois, contrairement à ce qui a été indiqué, le domaine de l’agriculture n’est pas concerné par cette mesure. Qu’en pensent les professionnels ? 

Le flexi-job : de quoi s’agit-il ?

Le flexi-job est une forme d’emploi. Il permet à un travailleur d’exercer un emploi complémentaire à des conditions avantageuses tant pour les employeurs que les travailleurs :

  • Si vous êtes employeur : votre avantage est de ne payer que la cotisation patronale de 25 %. Vous ne payez pas de cotisations de sécurité sociale ordinaires. Ne vous souciez pas non plus du précompte professionnel.
  • Si vous êtes travailleur en flexi-job : vous n’allez pas payer de cotisations des travailleurs. Ne vous préoccupez pas non plus des précomptes professionnels sur le flexi-salaire. De plus, vous ne vous trouvez pas dans une tranche d’imposition supérieure. Toutefois, vous avez droit aux droits sociaux.

Des flexi-jobs pour qui ?

Si vous voulez embaucher des travailleurs en flexi-job, vous pouvez vous adresser aux : 

  • pensionnés
  • travailleurs qui font déjà 4/5ème au minimum pour une autre entreprise. 

Par ailleurs, vous ne pouvez pas engager une personne de votre propre personnel pour un flexi-job. Et cela durant son délai de préavis.

Flexi-job pour les autres secteurs : qu’en pensent les professionnels ?

L’annonce de cette mesure est une bonne nouvelle pour les secteurs d’activité qui présentent un besoin croissant de personnel. C’est le cas de la filière culturelle. En effet, celle-ci souffre d’un manque de techniciens. 

L’événementiel partage ce même ressenti. Au micro de RTL, la présidente de Event Confédération, Vinciane Morel s’exprime : “ Notre secteur a perdu beaucoup de personnes en 2020 et 2021. Nous sommes urgemment en recherche de personnel supplémentaire ».

De vives critiques 

Toutefois, cette mesure gouvernementale est sujette à de nombreuses critiques par les syndicats. En effet, ces derniers estiment qu’il s’agit d’emplois très mal rémunérés et précaires. La secrétaire fédérale SETCA, Nathalie Lionnet, donne son avis : “ Nous n’avons pas besoin de flexi-jobs, ce dont nous voulons ce sont des travaux de qualité ». Elle ajoute : “ Le fait de demander à des pensionnés de retourner travailler dans des secteurs avec de haute intensité d’activités est tout sauf un bon signal que l’on envoie au secteur ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.