Accueil / Agences d'événements / [Interview] Michel Zaouia, co-créateur d’A Vous Le Direct
A Vous Le Direct

[Interview] Michel Zaouia, co-créateur d’A Vous Le Direct

Michel Zaouia a créé avec sa femme la société de captation et de diffusion d’événements A Vous le Direct. Cet ancien informaticien a souhaité proposer une offre qui n’existait pas sur le marché.

S’il fallait donner un non à son métier, ça ne serait pas vidéaste, mais chef de projet. C’est Michel Zaouia lui-même qui le dit. A la tête d’A Vous le Direct avec sa femme, cet ancien informaticien connaît très bien le monde de l’événementiel. Il revient sur ce qui fait la force d’A Vous le Direct, qu’il a lancé. Les sociétés de captation et de diffusion vidéo sont nombreuses, mais pour lui, son rapport qualité/prix fait la différence.

Comment vous est venue l’idée de créer A Vous le Direct?

L’idée m’est venue car j’ai eu à organiser un webinaire dans le cadre de mes fonctions d’administrateur de CDO Alliance. J’ai aussi eu à gérer la réalisation d’un Webinaire de A à Z avec BearingPoint et l’AP-HP. Lorsque j’ai organisé ce webinaire, je me suis rendu compte de tout ce qu’il a fallu mettre en place pour pouvoir le produire. Là, je me suis dit :  “il y a certainement quelque chose à faire sur la captation et la diffusion vidéo”.  

Tout le monde veut faire de la génération de leads, du marketing digital, de la communication, donner des conseils. Par contre, aller sur de l’huile de coude pour faire ce qui n’est pas marrant, à savoir de la technique, pour avoir une image nickel, un son nickel, des lumières propres, etc., personne n’a envie de le faire.

Je me suis dit qu’avec les moyens qu’il y a maintenant, il y a moyen de faire quelque chose à un coût bien plus intéressant que ce que font les sociétés traditionnelles de captation et de diffusion vidéo qui sont des sociétés qui proposent ce type de services entre 2000 et 3000€. Nous, nos offres démarrent à 490€. Lorsqu’un webinaire est organisé, il sort à 1500€. Pour 500€, on est compétitifs pour apporter une qualité technique qui fait que cela va permettre lors de l’organisation de webinaires, de transformer l’essai en termes de communication avec les prospects.

La plupart des webinaires, vous avez la personne qui parle, au fond, sur un timbre post, qu’on entend très mal (rires). C’est dommage parce qu’on a fait venir cinquante ou cent prospects dans une salle virtuelle et à la fin, on voit la personne qui est censée donner des conseils, présenter l’offre, mal éclairée, avec un son dégueulasse, etc., et bien les gens fuient.

Nous, nous ne sommes pas du tout des artistes, des réalisateurs de cinéma. Nous sommes des utilitaristes et on garantit un son nickel, une image nickel, un cadrage parfait – on a un système de double caméra plan large/plan serré – on a une plateforme de streaming et on peut restreamer vers la plateforme que le client souhaite. Tout ça à un coup compressé.

Un webinaire, on le sort à 500€ et une conférence, on la sort à pas plus de 1000€. Pour ce prix la : possibilité de diffusion en direct, possibilité de diffusion en différé et on fournit les rushs. Cela veut dire que le client qui a organisé un événement a ses rushs et peut faire ses montages post-événements pour animer ses réseaux sociaux. On est des utilitaristes, on est à mille lieues du film d’entreprise.

 

“On voudrait que les entreprises ne se posent plus la question pour 500€ de la question de la captation et de la diffusion vidéo”

 

Quels types d’événements filme A Vous Le Direct?

Nous sommes sur les webinaires, les conférences comme les cabinets de conseils, d’associations professionnelles, d’alumnis ou de grandes écoles. Ensuite, nous sommes sur de la présentation corporate, c’est-à-dire un dirigeant qui veut présenter ses voeux, ses résultats, nous lui proposons de la faire en direct ce qui va avoir un impact beaucoup plus fort. On fait aussi des formations. C’est hyper important parce qu’en permettant un accès en direct à une session de formation les gens qui sont à distance et qui n’ont pas pu se déplacer peuvent suivre la formation et là il y a un retour sur investissement qui est évident puisqu’il n’y a pas besoin de réorganiser une session de formation.

On s’oriente aussi vers les mariages, plus sur le côté privé, mais on voit qu’il y a beaucoup de familles du monde entier qui n’ont pas l’occasion de se déplacer. On vient faire en sorte de donner une fenêtre aux gens qui sont loin dans un autre pays ou dans une maison de retraite. La petite mamie qui peut plus marcher, on lui donne un lien et elle n’a pas besoin de Facebook, elle a juste besoin d’un lien. Il y a plein de gens qui n’ont pas Facebook donc on est là aussi pour ça.

On est littéralement assailli par des demandes d’élus locaux qui sont en train de préparer les municipales. Tous les candidats sont en train de se lancer sur Facebook Live.

Nous avons une qualité HD et 4K. On a un modèle qui est différent de tous ceux qui font de la photo et de la vidéo. On veut faire du volume donc on prend peu sur la marge.

On voudrait que les entreprises ne se posent plus la question pour 500€ de la question de la captation et de la diffusion vidéo et se disent : “ pour 500€, on les laisse faire, on ne s’en occupe pas” en étant sûr que c’est bien fait et qu’on est dans le vrai. Pour 500€, par rapport à tout ce que peut représenter un événement, éviter de se rater là dessus, ce n’est pas un sujet.

Enfin, on est prêt à beaucoup travailler avec des boîtes de communication et de marketing digital, car on aimerait le développer plus. Très concrètement, si un moment donné on peut gérer un studio déporté dans une agence de communication, qu’on nous donne une pièce qu’on équipe, qu’eux ont leur plan de communication où il y a de l’event et qu’il faut réaliser une captation et diffusion, ils nous passent la main.

Quelles sont les différentes étapes entre le contact avec le client et l’événement?

Pour l’instant, c’est nous qui faisons de la prospection. On a quand même mis en place sur notre site un système de demande de devis en ligne. Notre système de devis en ligne est, je pense, le plus complet et le plus performant du marché. Lorsque vous demandez un devis sur le site A Vous Le Direct, on vous pose un certain nombre de questions et vous voyez déjà comment on va s’organiser et comment on va traiter votre événement. On vous demande par exemple quel type d’événement, est-ce que vous voulez le diffuser sur votre plateforme.Avec tout ça, on construit un projet et on a déjà quelque chose de très structuré.

Très vite, ce que l’on fait, c’est qu’on lui demande un contact technique et du réseau. Au prix où on vend nos prestations, on n’a pas un camion satellite dans la rue (rires). On n’a pas non plus d’agrégateur 4G. Rien que 1h de location de satellite, c’est 200€. Si vous avez besoin de ce niveau-là, il y a d’autres sociétés établies sur le marché qui savent le faire il n’y a pas de problème, mais ce n’est pas nous.

On fait donc une visite préparatoire pour vérifier le réseau. J’ai un passé d’informaticien, donc je sais parler IT, vérifier des ports réseau, tester pour qu’il n’y ait aucun accroc technique. On s’assure aussi qu’on aura bien accès aux locaux deux heures avant l’événement le jour J, que l’on a bien reçu les badges, etc.

Il y a toute une phase de préparation et on prépare aussi le client, notamment sur les questions de droit à l’image. On n’est pas organisateur de l’événement donc on demande au client de bien recueillir les autorisations de droits à l’image, mais on peut le conseiller là-dessus. On accompagne le client pour faire en sorte que tout se passe bien pour lui.

 

“La phase d’expansion, c’est maintenant”

 

Quels sont les imprévus auxquels vous avez fait face lors d’un événement ?

Des imprévus techniques, il y en a toujours. La prise de courant sur laquelle on devait se brancher ne marche pas et il faut se brancher à l’autre bout, etc. (rires). Avec le temps on a appris à faire face à tous les cas. Maintenant, au niveau technique, on est sur une offre où on s’engage dans la mesure du possible, mais en cas d’imprévu, on n’a pas les équipements qui sont doublés, triplés. Sinon, ça ne serait pas ce prix-là. On rajouterait un zéro (rires) !

Après, on travaille avec les clients avec lesquels on se sent bien. Si l’on sent que la demande n’est pas claire, qu’il n’y a pas un investissement du client, etc., on se réserve plus que le droit de dire non. On ne veut pas avoir de problèmes. Par exemple, au niveau de la gestion des droits, on a tout un protocole avec des bonnes pratiques qu’on donne à nos clients et on leur explique qu’il y a des attitudes à respecter, des choses à demander.

Quelle est votre fréquence de retransmission d’événements?

On est à 6 événements par mois. Il faudrait que l’on soit au moins au double ou au triple pour que ça commence à prendre. 

On a commencé à enquiller vraiment depuis le début de l’année et la phase d’expansion c’est maintenant. Je compte sur le gros contrat, dont je ne peux pas parler (rires). C’est un très gros organisateur d’événements en ligne, un gros acteur du webinaire. Voilà, je peux en dire plus (rires). On est au test opérationnel et il est même question qu’on équipe un studio permanent. Ce que son espère, c’est de faire du volume, mais low-cost. Du low-cost en termes d’offre et avec une qualité nickel.

On veut être en bas du tableau de l’offre parce qu’aujourd’hui il y a les acteurs traditionnels et en dessous de nous, il y a les gens qui filment avec leurs téléphones portables. Si on nous dit que l’on coûte plus cher que le téléphone portable, on leur dira de ne surtout pas aller au restaurant parce que vous pouvez manger chez vous pour quatre fois moins cher (rires).