in

Quelles sont les nouvelles aides pour le secteur événementiel ?

aides événementiel

Depuis l’arrivée de la nouvelle vague de la Covid, les professionnels de l’événementiel appréhendent l’avenir en demandant des aides au gouvernement. Les 18 mois d’arrêt, l’année 2020 de perte, les chiffres d’affaires qui s’écroulent sont des cauchemars qu’ils ne veulent plus vivre. Pourtant, les annulations recommencent déjà. Plus de la moitié des fêtes de fin d’année sont annulées. Et l’industrie n’est pas la seule à payer le prix fort. 

Les discothèques, le tourisme et la restauration demeurent des secteurs vivant la même situation que l’événementiel. D’où la similarité des aides qui leur sont apportées. Depuis le lundi 6 décembre, le Premier ministre a annoncé la fermeture des discothèques jusqu’à nouvel ordre. Une situation qui remet l’ensemble du personnel, mais aussi les patrons des boîtes dans un effondrement moral total. Ce n’est qu’une question de temps avant que cela n’impacte à nouveau leurs finances. Afin d’éviter cela, le gouvernement a également annoncé de nouvelles aides pour les secteurs les plus en difficulté. 

En quoi les aides de l’Etat pour l’événementiel et ses confrères consistent-elles ?

Rappelons-nous, à la rentrée, le président de la République avait annoncé la fin du “quoi qu’il en coûte”, aboutissant à la prise de décision “au cas par cas” et par filière. Bruno Le Maire a redonné des explications lundi dernier sur BFMTV. « Cette période a correspondu à une période où il fallait protéger massivement les salariés et les entreprises. Nous en sommes sortis […] Nous n’y reviendrons pas”, souligne-t-il. Pour l’heure, les aides décrétées sont communes pour les discothèques, les entreprises de l’événementiel, du tourisme et de l’hôtellerie. 

Ainsi, celles-ci bénéficieront d’une exonération totale de leurs coûts fixes et de leurs charges sociales et non de 90 % comme c’est le cas actuellement. Cette mesure s’applique aux entreprises qui “perdent beaucoup de chiffres d’affaires”, soit 65 % au lieu de 80 %, ou sont fermées. La prise en charge totale de l’activité partielle s’appliquera également jusqu’au 31 janvier 2022. Malgré ces nouvelles aides pour l’événementiel et les discothèques, les filières ne sont pas moins fragilisées.

La période de fin d’année présentant un pic d’activités annuel pour eux, les fermetures et les annulations impactent grandement sur eux. Au-delà de l’aspect financier, les impacts psychologiques pèsent lourdement : les caisses vides, le PGE à rembourser dès mars 2022, etc. Ces aides suffiront-elles à maintenir l’événementiel à flot ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.