in

Royaume-Uni : 114 000 emplois en danger

emplois en danger

Sans mesure prise par le gouvernement, l’industrie événementielle britannique perdra une richesse de talents, d’expertise et de culture, avec 114 000 emplois à risque. A rappeler que le Royaume-Uni se classe parmi les leaders mondiaux du secteur. C’est pour cette raison que le mouvement #WeMakeEvents se met en place. Le but étant de sensibiliser sur l’effondrement imminent de l’événementiel dans le pays.

Tournée, festivals ainsi que l’ensemble des catégories d’événements se retrouvent dans une impasse à cause du Coronavirus. Sans apport du gouvernement, 50 % des entreprises dédiées au secteur ne survivront pas au-delà de 4 mois. Ce qui signifie qu’ils vont achever leurs activités avec l’année. 

Les professionnels se mobilisent pour sauver les emplois

Les entreprises Greater Manchester Production & Events Industry ainsi que les freelancers se sont réunis pour organiser un événement en dehors de Londres. Tous soutiennent le mouvement et démontrent qu’il s’agit d’un problème commun à travers le Royaume-Uni. La communauté musicale de Manchester promet également son soutien pour éviter cette perte massive d’emplois.

les professionnels veulent sauver les emplois

Sacha Lord, conseillère en économie pour Greater Manchester, émet son avis. “Je connais personnellement de nombreux DJ, photographes, ingénieurs du son et artistes qui étaient au sommet de leur industrie avant COVID-19. Ils ont maintenant été contraints d’abandonner leurs passions et travaillent maintenant dans le commerce de détail ou la construction juste pour joindre les deux bouts.”

Julie Cotton, coordinatrice de production artistique, commente : “nous faisons entendre nos voix pour l’industrie britannique de la musique live, des tournées, des festivals et des événements. Nous sommes actuellement confrontés à la décimation potentielle de l’industrie britannique de ces domaines.

Sans travail, les entreprises licencient du personnel. Les freelancers quittent l’industrie pour tenter de trouver d’autres occupations plus rentables. Certaines parties du secteur ne survivront pas au printemps ou à l’été prochain. Tous les niveaux de l’industrie ont besoin d’un soutien continu après le 1er octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.