in

Viagogo condamné à une amende de 23,5 millions d’euros

Cette amende est une charge de plus pour l’ancien géant de la billetterie en ligne Viagogo. Rappelons-le, au cours de la Covid-19, le site avait refusé de rembourser les billets achetés pour les concerts annulés. Ce fut un vrai scandale. Pourtant, ce ne fut qu’une partie d’une longue liste de sa série de problèmes. L’entreprise a déjà connu plusieurs poursuites et affaires allant jusqu’au procès.

Fraudes, pratiques commerciales trompeuses, ventes spéculatives, voilà quelques exemples de plaintes à l’encontre de la billetterie. Cette fois, c’est l’autorité italienne de régulation des communications AGCOM qui a infligé une amende de 23,5 millions d’euros à Viagogo. Cette dernière a enfreint les règles italiennes sur la billetterie secondaire. Elle avait l’obligation de supprimer les annonces illégales de son site.

Amende à payer par Viagogo : une charge de plus pour une entreprise en déclin

La prise de décision date d’une réunion du Conseil de l’AGCOM le 23 juin 2022. Elle fait suite à une enquête menée par l’agence italienne de lutte contre la criminalité financière, la Guardia di Finanza. Celle-ci a révélé que Viagogo avait répertorié des billets pour 131 événements à des prix jusqu’à 6 ou 7 fois supérieurs à leur valeur nominale, d’où la hauteur de l’amende. Les événements comprenaient des concerts d’artistes tels que Maneskin, Vasco Rossi, Sting, Green Day, Dua Lipa…

Le directeur de FEAT, Sam Shemtob, a déclaré : “il s’agit d’une amende substantielle pour Viagogo et d’une obligation claire de supprimer les annonces illégales dans les 7 jours. (…) La législation à travers l’Europe – à la fois au niveau national et européen – rattrape le trafic de billets. Si d’autres autorités répressives suivent l’exemple de l’Italie, l’espoir d’un marché de la revente de billets fonctionnel pourrait devenir une réalité”.

Un porte-parole de Viagogo a commenté cette exigence d’amende. « Nous respectons la décision de l’AGCOM. Cependant, nous sommes surpris, car le Conseil d’État a déjà émis de « sérieux doutes » sur la compatibilité de la loi en question sur la billetterie secondaire.Viagogo a déjà été qualifiée de plateforme intermédiaire “passive” par le même Conseil d’État dans un précédent arrêt définitif. Ce qui confirme qu’elle ne vend pas les billets et n’est pas responsable des ventes illégales de billets réalisées par les utilisateurs de la plateforme. (…) Viagogo espère que ces procédures en cours confirmeront qu’il n’est pas responsable des allégations de l’AGCOM. Il attend aussi que cela annulera cette amende et toutes les autres”.

Qui vend les billets sur Viagogo ?

Les militants anti-courses de l’Alliance FanFair se sont associés à la chaîne de télévision britannique ITV pour enquêter sur les vendeurs de billets sur la plateforme secondaire Viagogo.

Ils ont recensé plus de 11 000 billets pour 174 festivals et événements en plein air cette année. « Parmi ceux-ci, un peu plus des deux tiers ont été vendus par seulement trois soi-disant “marchands”, avec une valeur nominale combinée d’environ 730 000 £ », « Le total pour lequel ils essayaient de les vendre, cependant, était beaucoup plus élevé – environ 1,7 million de £. »

L’article est une exploration révélatrice de la façon dont certains de ces commerçants professionnels opèrent sur Viagogo. Ils annoncent notamment des billets à vendre qu’ils n’ont pas encore achetés eux-mêmes. Le porte-parole de Viagogo a déclaré à ITV que la société avait « réagi rapidement pour supprimer les annonces concernées. »

Plusieurs d’entre elles ont été remises sur le site après avoir prouvé leur légitimité et leur validité. Cette enquête soulève toutefois d’autres questions sur la manière dont les commerçants utilisent sa plateforme. Les fans peuvent encore se demander pourquoi Viagogo n’effectue pas certaines vérifications avant d’autoriser les commerçants à vendre d’énormes quantités de billets sur son site. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.