Accueil / Guides professionnels / Etudes et dossiers / Quand l’événementiel lutte contre le gaspillage alimentaire
Gaspillage alimentaire

Quand l’événementiel lutte contre le gaspillage alimentaire

L’avez-vous remarqué ? L’écologie et le respect de l’environnement sont au cœur des débats et des discussions du monde d’aujourd’hui. Avec le sujet du gaspillage alimentaire qui revient régulièrement sur le tapis, le milieu de l’événementiel fait montre de bonne volonté : une manière de limiter son empreinte écologique tout en faisant des économies.

Le gaspillage alimentaire aux Etats-Unis serait responsable, à lui seul, d’une pollution équivalente à celle générée par 37 millions de véhicules, soit une voiture sur sept, d’après une étude du National Resources Defense Council (NRDC). Autre chiffre détonnant : ce sont 30 à 40 % des denrées alimentaires des USA qui seraient jetées chaque année dans ce pays de 300 millions d’habitants, dont 14% vivent officiellement sous le seuil de pauvreté. Le milieu de l’événementiel, avec les milliers de tonnes de nourriture gaspillée et de déchets plastiques générés à chaque manifestation, salon, conférences, colloque, festival, et autre, est montré du doigt. Heureusement, depuis quelques années, de grandes marques telles que Salesforce, C2 Montréal ou encore Bacardi, mettent en place des initiatives écologiques afin de limiter leur empreinte et faire de l’événementiel un domaine d’action et de formation vis-à-vis du public.

Compost

Gaspillage alimentaire : une autre façon de se nourrir est nécessaire

Pour Salesforce, société de logiciels qui, depuis de nombreuses années, est acteur de premier plan dans le mouvement des événements durables, lutter contre le gaspillage alimentaire se conjugue avec « manger autrement ». Les quatre piliers de la marque sont : un approvisionnement responsable ; une réduction des déchets ; une bonne conservation des ressources ; l’inspiration générée chez les visiteurs. L’une des actions « coup de poing » de Salesforce a été la suppression du bœuf dans les menus de ses événements : en effet, la viande bovine issue de l’élevage demande une forte consommation d’eau et de ressources cultivées de façon non-durable (utilisation d’OGM, déforestation, pollution des nappes phréatiques, etc).  Sans compter la production de méthane responsable d’une partie du réchauffement climatique. Grâce à cette initiative, la marque affirme avoir permis la préservation de 7,5 millions de litres d’eau. À la place du bœuf, Salesforce a placé dans ses menus des plats végétariens ou à base de poisson.

Des pratiques de recyclage pour limiter le gaspillage alimentaire

Des sociétés comme Common Ground Compost ont compris que le tri et le compostage des déchets étaient l’une des solutions contre le gaspillage alimentaire au sein des événements. « Il y a des gens très enthousiastes à l’idée de pouvoir faire ce qui est juste, et beaucoup se sentent coupables de ne pas le faire. Si on leur donne une opportunité de réduire leurs déchets de manière simple et efficace, ils sont heureux de le faire », explique Meredith Danberg-Ficarelli, directrice de l’entreprise. De son côté, Salesforce met en place, lors de ses événements, des stations de traitement des déchets avec bacs de recyclage, de compostage et d’enfouissement et une signalisation indiquant le type de matériaux à jeter dans chaque bac. Des « Green Angels », agents bénévoles, se tiennent à la disposition des visiteurs pour les aider et leur expliquer cette démarche durant la durée de l’événement.

Ecologie

Eradiquer les pratiques polluantes au sein des événements

Le secteur de la restauration est dans la ligne de mire des organisateurs d’événements, mais aussi des visiteurs. C’est pourquoi il devient de plus en plus fréquent de limiter l’usage de vaisselle jetable. La marque Bacardi a été pionnière en la matière, en supprimant les pailles en plastique. Depuis 2016 et jusqu’en 2020, ce sont un milliard de pailles qui ne seront pas utilisées et jetées à l’occasion des événements de la marque. Lors de l’activation de Bacardi au festival Bonnaroo Music & Arts, les cocktails ont été servis dans des tasses en bambou. De son côté, C2 Montréal interdit également l’usage des pailles et des bouteilles en plastique sur son événement du même nom, tout en proposant de la vaisselle entièrement compostable, des plats préparés avec peu de viande et des alternatives végétariennes intéressantes.

Les initiatives ne manquent donc pas, et il est à espérer qu’elles se multiplient dans les mois à venir pour faire de l’événementiel un secteur tourné vers la durabilité.

Sources & crédits Source : https://www.eventmarketer.com/article/brands-tackling-event-food-waste-challenges/ - Crédit : eventmarketer

A lire également

influenceur, communication événementielle réseaux sociaux

Réseaux sociaux : un canal indispensable pour la communication événementielle

Contents1.Gaspillage alimentaire : une autre façon de se nourrir est nécessaire2.Des pratiques de recyclage pour limiter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *