in

Les mots interdits dans l’événementiel

mots interdits événementiel

Bien qu’il n’y ait pas de règles spécifiques à l’événementiel en termes de mots interdits, il devrait y avoir une liste pour se repérer. Quand bien même votre stratégie de communication prône la “liberté d’expression”, si vous avez des objectifs, vous devez vous abstenir sur certains discours. Ce ne sont pas des injures proprement dites, mais elles pourraient nuire à l’image de votre événement.

Les mots interdits dans l’événementiel sont malheureusement utilisés couramment dans les salons et conférences. Pourtant, ils ont bel et bien dépassé leurs dates d’expiration. Désormais, ces termes sont culturellement inappropriés, voire offensants. Si vous voulez démontrer votre intellect, vos valeurs et l’inclusivité de votre concept, il faut les éviter.

Notez les mots interdits pour une meilleure communication de votre événement

Parmi les premiers mots interdits : guru. Lorsque nous appelons quelqu’un ainsi, nous essayons d’impliquer un niveau d’expertise et de sagesse sans précédent. Evitez de l’utiliser pour vos conférenciers. Dans l’hindouisme et le bouddhisme, le titre de guru est donné au plus haut des chefs spirituels ou guides. Par conséquent, l’utiliser pour décrire Marc comme un « guru de la planification d’événements » est tout simplement inapproprié. A la place, utilisez plutôt expert ou spécialiste.

Deuxième terme de la liste des mots interdits : pow-wow. Il est souvent utilisé pour un débriefing rapide ou une séance de planification avec l’ensemble des membres de l’équipe. Revenons à la définition. Un pow-wow est le rassemblement d’Amérindiens pour célébrer des amitiés anciennes et nouvelles à travers la danse et la chanson. C’est un sentiment charmant, certes, mais aussi potentiellement offensant pour la culture amérindienne. Réunion, conférence ou collaboration conviendront mieux.

En plus des mots interdits, considérez aussi les expressions. Citons l’une d’entre elles : “maintenez le fort”. Cela signifie que nous surveillons ou surveillons l’état de quelque chose pendant que quelqu’un est absent, comme le kiosque des exposants, le kiosque d’inscription. Cela semble inoffensif, mais cette phrase est également imprégnée d’offense raciale. Il a d’abord été utilisé lorsque les explorateurs occidentaux surveillaient et protégeaient leurs forts des Amérindiens, qui étaient perçus comme des ennemis sauvages. 

Et sinon, évitez désormais toute forme d’hyperboles. Si vous voulez être pris au sérieux et éblouir les gens avec votre intellect communicatif, veillez à ne pas mélanger votre utilisation du langage figuratif. Les jeux de mots et les métaphores sont bien plus accessibles pour votre public.     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.